Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Escrime Artistique et Escrime de Spectacle

 

Quinte Septime change de site ! Suivez nous sur :

 

-> https://www.facebook.com/quinteseptime <-

 

 

 

17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 07:45

Au XVIIIe siècle, les femmes prennent la mouche… pour la fixer sur leur visage ou leur décolleté. Déjà utilisé au XVIIe siècle, c’est cependant au XVIIIe siècle que ce faux grain de beauté devient un accessoire important de la parure et de la beauté. Réalisé dans de la mousseline noire, la mouche met en valeur la blancheur du teint. Elle possède également son langage. En fonction de son positionnement, elle donne à qui veut comprendre, l’humeur du moment de celle qui l’affiche :

  • près de l'œil, c’est l’assassine ou la passionnée,
  • au coin de la bouche, la baiseuse,
  • sous la lèvre, la friponne ou la coquette,
  • sur le nez, l’effrontée ou la gaillarde,
  • sur le front, la majestueuse,
  • sur la joue, la galante,
  • sur une ride, dans le creux du sourire, l’enjouée,
  • sur la poitrine, la généreuse,
  • sur un bouton, la receleuse,
  • sur le menton, la discrète.

Partager cet article

Repost 0
Published by Quinte Septime, compagnie d'escrime de spectacle - dans Vivre au Grand Siècle
commenter cet article

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -