Nous contacter

Quinte Septime

escrime de spectacle
escrime artistique

quinteseptime@gmail.com

3, rue du maréchal leclerc
57220 Boulay-Moselle

Partenaires

AAF Académie d'Armes de France

 

FFE Fédération Française d'Escrime

 

lle Ligue Lorraine d'Escrime

 

FFM

Fédération Française Médiévale
& Renaissance
 

FFAMHE Fédération Française d'Arts Martiaux Historiques Européens

2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 11:16

Par M. Joseph Miqueu du Cercle Historique de l'Arribère (http://bearndesgaves.fr/char/)

Pour ses héros de son roman "Les Trois Mousquetaires", Alexandre Dumas s'est (très) librement inspiré de personnages réels. D'Artagnan, Porthos, Aramis et Athos eurent ainsi pour modèles des gascons qui connurent une destinée moins légendaire, certes, mais cependant authentique. 
 
     
Charles de Batz Castelmore, le mousquetaire d'Artagnan

d-artagnan-3-mousquetairesLe vrai d'Artagnan : Il s'appelait Charles de Batz et naquit entre 1611 et 1615 au château de Castelmore, près de Lupiac, dans l'actuel département du Gers, en Gascogne. Le nom d'Artagnan (qu'il signait parfois "Artaignan") lui venait de sa mère, Françoise de Montesquiou d'Artagnan. Charles de Batz choisit de plutôt privilégier ce patronyme maternel car il s'avèrait plus prestigieux et connu que celui de son père parmi les gens de la noblesse parisienne.
Vers 1640, d'Artagnan monte à la capitale afin de s’engager chez les Cadets des Gardes-Françaises. Son entrée chez les Mousquetaires daterait de 1644. À partir de cette date, il entame une brillante carrière militaire sous le règne de Louis XIV qu'il accompage à son mariage avec l'infante d'Espagne célébré à Saint-Jean-de-Luz. Après avoir guerroyé et assumé plusieurs charges militaires fort prestigieuses, il devient gouverneur de Lille, mais l'action lui manque... De retour sur les champs de batailles lors de la Guerre de Hollande (1673), d'Artagnan est tué par une balle de mousquet en pleine gorge au siège de Maastricht. Aujourd'hui encore, on ignore le lieu de sa sépulture.
      
Le d'Artagnan des Trois Mousquetaires : Dans le roman d'Alexandre Dumas, d'Artagnan, est le plus jeune des quatre principaux protagonistes, âgé en effet d'à peine 18 ans ans. Après diverses aventures tumultueuses auprès de ses compagnons d'armes, d'Artagnan meurt tué par un boulet sur un champ de bataille dans le Vicomte de Bragelonne.  

Armand de Sillègue, le mousquetaire Athos
athos-3-mousquetairesLe vrai Athos : Son vrai nom est Armand de Sillègue d’Athos d’Autebielle (ou Autevielle) ; Athos est le nom d'un village entre Sauveterre-de-Béarn et Oraas, sur la rive droite du gave d’Oloron. Les familles d'Athos et de Sillègue qui avaient établi fortune dans le commerce local avaient eu droit successivement aux titres de "marchand", de "noble" puis enfin de "monseigneur".

Au début du XVIIe siècle, Adrien de Sillègue seigneur d’Athos et d’Autebielle épouse une demoiselle de Peyré, (ou Du Peyrer), fille d'un marchand et jurat d'Oloron-Sainte-Marie en Béarn, cousine germaine du comte de Troisvilles. De cette union naitront deux fils. Armand, le cadet, serait né entre 1615 et 1620. Comme c’est à son aîné, Jean, que reviennent les seigneuries, Armand entre alors dans la compagnie des mousquetaires du roi grâce à son oncle Tréville (Monsieur de Treville) au début des années 1640.
Athos trouve tragiquement la mort le 21 décembre 1643 au Pré aux Clercs, à Paris, un endroit réputé à l'époque pour être le lieu de rendez-vous des duellistes. Son acte de décès figure au registre de l’église St-Sulpice.
  
Le Athos des Trois Mousquetaires : Dans le roman Les Trois Mousquetaires, Athos, au début de l'histoire est le plus vieux des quatre principaux protagonistes, il est âgé de 30 ans. Athos est Comte de La Fère, mari de Charlotte Backer/Milady et deviendra père du Vicomte de Bragelonne. Athos sera membre de trois ordres de chevalerie (Ordre de la Jarretière, Ordre du Saint-Esprit, Ordre de la Toison d'Or). Alexandre Dumas le fait mourir en 1672.  
 

Henri d'Aramitz, le mousquetaire Aramis
aramis-3-mousquetairesLe vrai Aramis : Le nom d'Aramitz (ou Aramits) est celui d'une terre, non loin de Lanne, dans la vallée de Barétous en Béarn (également berceau de la famille Porteau). Pierre d'Aramitz, capitaine huguenot qui s'illustra lors des guerres de religion qui ravagèrent le Béarn, eut trois enfants dont Marie - qui épousa Jean de Peyré et devint la mère du futur comte de Tréville - et Charles, marié à Catherine d'Espalungue qui fut le père d'Henri, le futur mousquetaire.
Henri d'Aramitz est né vers 1620. Comme son lointain parent Athos, il est cousin germain de Monsieur de Treville et rejoint la compagnie des mousquetaires du roi vers 1640. De ses activités militaires on ignore pratiquement tout, mais Henri d'Aramitz reste dans la compagnie des mousquetaires jusqu'à la dissolution de ce corps, en 1646. Plus tard, on le retrouve dans son Béarn natal, il prend la charge d'abbé laïc (sans fonction cultuelle) en vallée de Barétous et épouse, en 1650, Jeanne de Béarn-Bonasse ; il aura 2 garçons et 2 filles. L'acte de décès de Henri d'Aramitz n'a jamais été retrouvé (on le cherche toujours !), mais on s'accorde généralement à situer sa mort entre 1673 et 1675.
  
Le Aramis des Trois Mousquetaires : Dans Les Trois Mousquetaires d'Alexandre Dumas, Aramis, au début du roman, est âgé de vingt-deux ou vingt-trois ans alors qu'il entre à la compagnie des mousquetaires en même temps qu’Athos (mai 1640). Au cours de l'histoire, le personnage de Dumas ambitionne une carrière (politique) dans l'Église et est le plus séducteur des mousquetaires. Dans Le Vicomte de Bragelonne, il devient évêque de Vannes, puis général des Jésuites.  
  
 
Isaac de Portau, le mousquetaire Porthos
porthos-3-mousquetairesLe vrai Porthos : Il s’appelait Isaac de Portau (ou du Pourtau), né à Pau et dont la famille était originaire d'Audaux prés de Navarrenx. Son père - prénommé également Isaac - était un personnage important, notaire aux États de Béarn, qui acquit ses titres de noblesse en achetant ses seigneuries. Veuf et père d'une fille, ce fervent huguenot se maria en secondes noces avec Anne d’Arrac de Gan, fille d’un ministre (pasteur) protestant. Du mariage naquirent trois enfants dont Isaac était le cadet.
Baptisé à Pau le 2 Février 1617. Quelques 25 ans plus tard, Isaac de Portau entre comme cadet-gentilhomme, dans les Gardes Françaises, dans la compagnie des Essarts, il y restera jusqu'à Octobre 1642. Ensuite, il serait devenu mousquetaire du roi, mais aucune trace n'y évoque son passage (certains historiens pensent même qu'il n'y entra jamais).
Sans doute victime de blessures reçues au combat, sa carrière militaire est brève, et en 1650, Isaac de Portau se retire du service armé. Il obtient le poste de garde des munitions de la place forte de Navarrenx que lui octroie son frère Jean.
On ignore la date de son décès mais la tradition lui attribue une gentilhommière à Lanne-en-Baretous (également berceau de la famille Aramitz) ; Isaac de Portau y a certainement séjourné, car le domaine appartenait aux d'Abaddie, seigneurs d'Orognen, dont un des membres s'était marié avec la sœur d'Isaac. - Merci au Cercle Historique de l'Aribère pour ses renseignements précieux.
   
Le Porthos des Trois Mousquetaires : Dans le roman d'Alexandre Dumas, Porthos a sensiblement le même âge qu'Aramis. Après le siège de la Rochelle, le sympathique colosse béarnais quitte le service des mousquetaires du roi, se marie et devient baron de Bracieux et de Pierrefonds. Dans Le Vicomte de Bragelonne, le truculent Porthos meurt écrasé sous d'énormes rochers lors de l'assaut de Belle-Ile-en-Mer.

 

Monsieur de Tréville, ou comte de Troivilles.

Treville1La carrière des quatres autres dépend énormément de la sienne. Oloronnais d’origine, fils et petit—fils de marchands, ne en 1598 de Jean de Peyrer et de Marie d’Aramits, Arnaud Jean du Peyrer, engagé volontaire à 17 ans, se fit  très vite remarquer par son courage et: son habileté aux armes, en particulier au siège de La Rochelle.  Par la suite et après avoir gravi tous les échelons de la hiérarchie militaire, il fit: un riche mariage et reçut a cause de sa bravoure le commandement des mousquetaires en 1634, à peine âgé de 36 ans. Deux ans plus tard, il était. Elevé au grade de maréchal des camps et des armées du Roi, devenant ainsi l’égal  des plus grands seigneurs de la Cour. Mettant à profit cette vertigineuse ascension, il devait changer de nom et devenir le Comte De Troivilles, du nom des terres nobles achetées par son père en Soule. Bien que discrédité par Mazarin, il fit l’acquisition de la Baronnie de Montory et des villages de Laguinge, Restoue et Athérey.

 

Son domaine était immense et il fit construire entre1660 et 1663 d’après les plans de Mansart, le Château qui existe toujours à Troisvilles, propriété de la famille d’Andurain actuellement. Son ambition démesurée le poussa alors à racheter des droits de justice et d’impôts de la Vicomté de Soule. Ceci exaspéra les Basques qui se soulevèrent en 1661 emmenés par un curé, Bernard Goyeneche, plus connu sous le nom de Matalas. L’affaire finit mal pour les insurgés puisqu’ils furent écrases dans la plaine de Chéraute. Il faut reconnaître que cet épisode sanglant entache singulièrement le caractère exceptionnel du glorieux personnage que fut Monsieur de Troivilles, décédé en 1672 

Partager cet article

Published by Quinte Septime, compagnie d'escrime de spectacle - dans Vivre au Grand Siècle
commenter cet article

commentaires

Miqueu Joseph 11/04/2014

Vous avez fait un bon travail, malgré quelques erreurs.
Merci d'avoir cité (en partie) vos sources. Vous pourriez compléter en citant l'auteur de ces sources: votre serviteur.
Je vous signale qu'il va être édité une nouvelle biographie du Comte de Tréville, du fait de nouvelles découvertes.
Vous pourrez ainsi, vous aussi, faire une mise à jour.
Joseph Miqueu

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog