Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Escrime Artistique et Escrime de Spectacle

 

Quinte Septime change de site ! Suivez nous sur :

 

-> https://www.facebook.com/quinteseptime <-

 

 

 

21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 08:06

Icône du théâtre qui fait rêver beaucoup d’escrimeurs qui était le vrai Cyrano ?

Etait-il si différent du personnage d’Edmond ROSTAND ?

 

cyrano.jpeg

 

Le 6 Mars 1619, sous le règne du jeune Louis XIII, nait à Bergerac dans la Vallée de Chevreuse, en Ile de France donc, Savinien de Cyrano de Bergerac, issu de petite noblesse de robe.

 

Il fait ses études au collège de Beauvais puis, en 1637, à 18 ans, jouant de son patronyme "gascon" de Bergerac, il s'engage chez les Cadets de Gascogne de Monsieur de Casteljaloux.

 

En Décembre 1897, au théâtre de la porte Saint-Martin, à Paris, la pièce d'Edmond Rostand, "Cyrano de Bergerac", remporte un triomphe dont l'apport de nouveauté n'est pas sans rappeler la première" du Cid, de Pierre Corneille, en 1636. Ce succès ne s'est pas démenti depuis et toutes les "recréations" au théâtre et au cinéma ont toujours été des réussites.

 

Mais, si la trame de la pièce est bien la base du véritable personnage, quelles sont les parts de vérité et de fiction entre le théâtre et l'Histoire ?

 

Au physique, selon les gravures de l'époque, le vrai Cyrano, était en effet pourvu d'un nez long et proéminent... peut-être même plus disgracieux que sur les portraits toujours quelque peu flattés, mais pas aussi ridicule dont celui on l'affuble au théâtre. Il était véritablement très brave, ce qui lui valut chez les Cadets le surnom de "démon de la bravoure".

L'épisode de la porte de Nesles où pour défendre un inconnu il mit en fuite une centaine de spadassins est tout à fait exact !

 

Roxane, Madeleine Robineau (et non Robin) était bien sa cousine qui épousa la baron Christophe (et non Christian) de Neuvillette, lequel fut tué au siège d'Arras, auquel participa effectivement aussi Cyrano. Mais il ne semble pas que Savinien fut amoureux d'elle. Madeleine se retira au couvent des Filles de la Croix et c'est là aussi que Cyrano sera recueilli, provisoirement, après son probable accident (et non attentat) de la poutre reçue sur la tête.

 

Plusieurs fois blessé et malade, sa carrière militaire, à 21 ans, est bien compromise. Bien que sans le sou, son esprit et sa réputation de bravoure, le font recevoir dans les salons. Il est l'élève du philosophe Gassendi et un ferme soutient du jeune Molière. Il fréquente aussi les tripots où il accumule les dettes de jeu, s'acoquine avec des libertins... et y ruine sa santé.

 

Affaibli, malade, il se retire à la campagne, avec la protection du duc d'Arpajon. Là, il va se consacrer à l'écriture. Il écrit notamment une tragédie "La mort d'Agrippine", une comédie "Le pédant Joué" dont la scène "mais qu'allait-il faire dans cette galère ?" est reprise par Molière dans "Les fourberies de Scapin" (avec le probable agrément de l'auteur).

Il est aussi l'auteur de "Lettres"philosophiques et surtout du "Voyage dans la Lune" et de "L'Histoire comique des Etats et Empires du Soleil", où il fait preuve de son génie littéraire, mêlant le symbolisme, la poésie, la fantaisie à ce que, plus tard, on nommera la science fiction.

 

Extraits du "Voyage dans la lune" :

 

"... J'avais attaché autour de moi quantité de fioles pleines de rosée, sur lesquelles le soleil dardait ses rayons si violemment, que la chaleur qui les attirait, comme elle fait les plus grosses nuées, m'éleva si haut, qu'enfin je me trouvai au-dessus de la moyenne région. Mais comme cette attraction me faisait monter avec trop de rapidité, et qu'au lieu de m'approcher de la lune comme je le prétendais, elle me paraissait plus éloignée qu'à mon partement, je cassai plusieurs de mes fioles, jusqu'à ce que je sentis que ma pesanteur surmontait l'attraction, et que Je redescendais vers la terre."

"... J'avais fait une machine que je m'imaginais capable de m'élever autant que je voudrais en sorte que de tout ce que j'y croyais nécessaire n'y manquant, je m'assis dedans et me précipitai en l'air du haut d'une roche. Mais parce que je n'avais pas bien pris mes mesures, je culbutai rapidement vers la vallée."

"... quand on eut découvert l'invention du ressort, quelques uns dirent qu'il fallait y attacher quantité de fusées volantes... à peine y eussè-je mis les deux pieds que me voilà enlevé dans la nue..."

 

(Edmond ROSTAND reprendra cette idée du Voyage dans la lune, pour sa pièce, en imaginant qu'à la tombée de la nuit, dissimulant son visage et transformant sa voix, Cyrano, afin de retarder de Guiche et de permettre ainsi la fin de la célébration du mariage de Roxane avec Christian, invente différents moyens pour aller sur la lune.)

 

En 1649, il commettra aussi des "Mazarinades", libelles contre Mazarin, ministre du jeune Louis XIV, plus par besoin d'argent que par conviction.

 

Plus d'un an après son accident, le 28 Juillet 1655, très affaibli de corps et d'esprit, il meurt, après une courte agonie, chez son cousin Pierre de Cyrano, à Sannois. Il sera inhumé dans l'église de cette ville mais, au cours de la Révolution, ses restes seront dispersés.

 

Il laisse une œuvre de novateur d'un homme épris de liberté, œuvre éclipsée par la gloire de la fiction théâtrale qui porte son nom.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Quinte Septime, compagnie d'escrime de spectacle - dans Vivre au Grand Siècle
commenter cet article

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -